Artistes associés

Péroline BARBET, compositrice
http://peroline-barbet.com/
Archiviste-phonothécaire pendant cinq ans, j’ai été chargée de la conservation, de la mise à disposition et de la valorisation des archives sonores au Centre des Musiques Traditionnelles Rhône-Alpes où j’ai participé à travers dossiers, publications, conférences et actions de valorisation, à faire connaître et à défendre quelques-unes unes des riches problématiques liées à la conservation et à l’écoute de ces documents du patrimoine oral, considérés comme des éléments de culture actifs, sources d’émotions et de savoirs insoupçonnés. Je travaille également sur la musique vivante, enregistrée  « in situ », saisie dans les moments d’intimité et de spontanéité, ceux de la vie quotidienne ou des replis de la mémoire.
Formée aux musiques électroacoustiques (ENM, ateliers de Bernard Fort et Phonurgia) et à la réalisation radiophonique (collectif Mégacombi/ Radio Canut), je poursuis aujourd’hui des projets mêlant exhumation d’archives sonores, collectages ethnomusicologiques, propositions muséographiques et publications discographiques. Mes productions sonores parlent de notre rapport aux lieux et des cultures de proximité: celles de la rue, de l’oralité, situées en marge des circuits institués de la culture.

Antony CLERC, compositeur
http://anthony.clerc.free.fr
Compositeur curieux et touche à tout, je compose des musiques en lien avec l’image et l’interaction. J’aime collaborer avec d’autres formes d’arts, cinéma, danse, jeux vidéo, théâtre, installation sonore, animation font partie des domaines où ma musique prend vie. J’ai notamment composé la bande-son d’une dizaine de court-métrages d’animation pour des publics différents, dans des styles variés. Musicien autodidacte dans un premier temps, c’est à l’École Nationale de Musique (ENM) de Villeurbanne que j’ai été formé à la composition et à l’univers sonore électroacoustique et électronique.

Carole DE HAUT DARWICHE, compositrice
https://soundcloud.com/caroledehaut
Carole De Haut- Darwiche est musicienne intervenante,  formatrice et compositrice en électroacoustique.
Après un Deug de musicologie à Lyon,  elle a obtenu le DUMI  au CFMI d’Aix en Provence  en 1986. Elle a animé  et anime des ateliers sonores : parents –enfants (3mois-36mois).Elle a  également coordonné  le D.U.MUS.I.S. Petite enfance au CFMI université LYON 2 en 1994-95.
Au sein de la compagnie  Triophonie,  elle a crée des spectacles et joué pour le très jeune public  et les enfants des écoles élémentaires pendant plus de 10 ans.
A partir de 1995  elle travaille principalement  avec l’association « la maison sonore » qui a pour but de promouvoir l’éveil sonore et musical du jeune enfant, la formation des professionnels de la petite enfance, dans un souci de développement social et culturel.
Elle est formatrice à l’école Rockefeller (métiers de la santé), au CFMI  et dans les GRETA de la région lyonnaise. Sa passion pour le son lui permet d’explorer la matière sonore instrumentale, vocale et l’emmène dans le monde de la musique acousmatique. Elle suit la classe de Bernard Fort à l’école nationale  de musique  de Villeurbanne  et obtient un DEM en électroacoustique en 2013.
A partir du répertoire écrit depuis des siècles pour le jeune enfant appelé « enfantines » elle développe des pistes d’exploration vocale et instrumentale dans le Jeu entre l’adulte et l’enfant favorisant toutes sortes d’expression et de création.
Elle intervient régulièrement sur les projets artistiques dans les structures d’accueil de la ville de Lyon et de  la région Rhône –Alpes.

Clément DELPOUVE, réalisateur son
www.clementdelpouve.com
Clément Delpouve est un auteur – monteur, formé à la réalisation radiophonique. Il a réalisé des fictions, des mises en ondes et des documentaires pour l’émission Par Ouï-Dire (RTBF) et se concentre aujourd’hui sur des formats plutôt courts – capsules, portraits.
Il a étudié l’idéologie et la théorie des médias et les concepts de représentations inhérents. Sa pratique radiophonique montre un intérêt marqué pour le travail de la voix.
Il a été sensibilisé au documentaire de création à l’ACSR (Bruxelles) et sur le festival international de création radiophonique Monophonic2014; au field-recording et aux techniques du bruitage au GMVL Musiques Vivantes.
« Bidouilleur et polyforme, le son m’aide à comprendre le monde qui m’entoure et me replace à ma condition d’être humain à l’ouïe (très) limitée.
Qu’il soit atomique (physique),
arrangé (composition),
antrhopologique (prise de son)
ou témoin (documentaire),
le contact est toujours magique.
Des radios associatives à la station de montage, en passant par la COP21 et la production pour le service public RTBF, ou encore la prise de son (sans oublier les possibiités qu’offre la technologie – happenings, live, libre antenne), je reste inséparable du micro. Comme nous le sommes tous du son. »

Marc FAVRE, compositeur et cofondateur du GMVL
Dès 1974, Marc Favre s’immisce dans la composition électroacoustique en travaillant sous la direction de Nicolas Frize, Daniel Haubault ou encore de Pierre Schaeffer et Guy Reibel (à l’INAGRM). En 1975, il fonde avec Bernard Fort le premier studio de musique acousmatique de la région Rhône-Alpes (Groupe de Musiques vivantes de Lyon / GMVL).
Il obtient en 1978 une licence d’enseignement musical à la Faculté de Paris VIII (UER de Musique expérimentale), dès lors il partage son temps entre l’enseignement et la composition. Tout d’abord professeur d’acousmatique à l’ENM de Villeurbanne, il intégra ensuite la Faculté de musicologie de Lyon II. Aujourd’hui, il enseigne également des relations image-son à l’ICOM/Lyon II et la composition électroacoustique dans la section Théâtre-Etude de l’INSA. Au sein du GMVL, il dispense des stages et animations en milieu scolaire.
Sa composition acousmatique lui permet de participer à un grand nombre de manifestations musicales en France et à l’étranger. Il a également réalisé de nombreuses musiques de scène pour différentes compagnies de théâtre, qui mêlent danse et vidéo.
Depuis de nombreuses années, il oriente sa recherche musicale vers la composition multiphonique.

Gabriel GIRARD, compositeur
www.facebook.com/gebrilg
Formé à la composition électroacoustique et aux technologies du son à l’Université de Montréal sous la direction de Jean Piché et au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon sous la direction de Michele Tadini. Il tient des ateliers de composition depuis 2015 avec les associations GMVL et Zedika.
Ses différents champs d’activités :

  • Accompagnement de compositeurs en classe et en studio
    (enregistrements, aide technique, gestion des groupes d’élèves…)
  • Coordination de projets artistiques
  • Atelier de création M.A.O autour de la musique Hip-Hop
  • Atelier de composition en temps périscolaire
  • Création musicale
  • Formation sur la composition et l’écriture sonore à l’aide du logiciel Reaper

Julien LAGIER, compositeur
www.facebook.com/julien.lagier.5?fref=ts
Compositeur autodidacte, auteur et interprète né en 1975 à Villeurbanne.  Guitariste, travaillant essentiellement avec l’outil informatique et les   nouvelles techniques de composition et d’enregistrement.
Technicien du son, formé en 2005 à l’école de musique du CFPM (centre de formation professionnelle de la musique à Villeurbanne). Titulaire en 2013 du diplôme d’étude musicale (D.E.M) en musique électro-acoustique  à l’école nationale de musique (ENM) de Villeurbanne. Il crée la structure « ZedIKa » en 2006  afin de proposer des ateliers de création musicale par ordinateur (Médiathèque, Centre sociaux, MJC, établissement scolaire).
Julien Lagier participe à différents projets scéniques dans le domaine des musiques actuelles : « Ferry.
Estreich » ; « Viviane Republic » ; « Sliding Words » ; « Wifa » ; « ExSamples ». Il travaille également pour le théâtre avec notamment la compagnie « Les Bisons Ravis » dans le cadre de réalisation de bande son et de bruitage. Il réalise aussi des musiques pour la télévision ou la radio.  Il a notamment pu réaliser des musiques pour des courts-métrages (Damon-Prod) ou la musique du documentaire « L’auberge rouge » produit et diffusé par France 3.
Dans le champ des musiques acousmatiques, il produit des pièces « matérialistes » ou radiophoniques et s’intéresse à la sonorisation de films anciens (« Le ballet mécanique » de Fernand Léger ; «Un chien Andalou » de Luis Buñuel ; George Méliès, Jean Cocteau…).
Il crée aussi des installations sonores (Création d’expositions sonores interactives en utilisant des téléphones rétro datant de 1920 à 1960. Il crée, sous forme également d’expositions interactives,  des micro-pièces sonores accompagnées de vidéo intitulées : « Court-Outrage »).

Gilles MALATRAY, preneur de son
https://desartsonnants.wordpress.com/
Ses formations initiales sont le paysage et la musique (saxophoniste), puis une « reprise d’étude tardive » avec un Deug de lettre et un Master « Gestion de projet culturels et artistiques » à l’université Lyon 2.
Malgré ses incartades récurrentes dans les arts sonores, il continue néanmoins, dans mes moments de libres, à jouer du saxophone, chanter ou écouter Bach ou Bartok… : « Arts sonores et musiques ne sont pas incompatibles tant parfois les frontières entre les deux sont ténues et incertaines« .
Au fil des années Gilles a construit une des plus grandes et des plus intéressante source d’information sur les arts sonores :  DESARTSONNANTS. Même en langue anglophone, il est difficile de trouver quelque chose qui s’en rapproche. Si les arts sonores ont le vent en poupe depuis ces deux dernières années, et que les politiques (aussi bien que le grand public) commencent à s’y intéresser, il n’en a pas toujours été ainsi. Le travail de Gilles n’en a que plus de valeur. Bien que le site principal se présente toujours comme un simple blog, il a été petit à petit optimisé pour les recherches et l’expérience utilisateur. Ces dernières années ont également vu naître une page facebook, un twitter, plusieurs veilles scoop.it et une présence sur d’autres réseaux sociaux… qui facilitent le partage et le suivi des nouvelles publications.

Sylvain MYSKIEWICZ, compositeur
Passionné de musique depuis toujours, Sylvain Miskiewicz a très vite intégré plusieurs groupes de musique aux influences rock et électro.
A la recherche de nouvelles expériences musicales et sonores, il commence à s’ouvrir à différentes disciplines artistiques et travaille à la réalisation de musique pour le spectacle vivant. Depuis une dizaine d’années, il crée pour le théâtre, la danse, s’essaye aux genres du conte et de la poésie sonore. Il a notamment  travaillé avec le collectif Mac Guffin, la compagnie Zéotrope, la compagnie Malin pour mon âge et bien d’autres.
En parallèle de cette activité, il se produit régulièrement avec Jessica Schmidt, danseuse Butô dans un duo Corps/Sons, le « KouïR Project ». Le premier opus Chrysalide est né en 2010. La forme de ce projet est l’alliance d’une musique électroacoustique avec des résonances de musique électro et l’expression d’un corps fragile qui se découvre.
Il travaille actuellement à la réalisation d’un spectacle sur le thème de la vitesse, en associant de la vidéo (source d’image et de lumière) et deux corps en mouvement : balises. Le projet est un protocole d’expérimentation basé sur le rapport vitesse-temps-sensation, entre étirement et compression, concentration et dispersion… A courir trop vite peut-on arriver à se doubler ? Sentons-nous l’herbe pousser ? Quel son cela fait de disparaître ?
Depuis 2007, il poursuit également un travail de recherche et d’archivages de voix avec la collectionneuse de paroles Marie-Laure Millet, conteuse.
Il collabore régulièrement avec des poètes à la mise en musique de poèmes contemporains.

Rémy SANTIARD
http://naminonaka.com/