MON PAYSAGE SONORE

PRÉSENTATION

Créé en 2010 sous le titre de « Projet fédérateur », le projet « Mon paysage sonore » est un projet pédagogique qui permet aux élèves de la région et à leurs enseignants de (re)découvrir leur environnement par le prisme du son. Cette année encore, nous désirons leur offrir une approche différente des paysages et du monde dans lesquels ils vivent : dans une société où l’image est omniprésente et la vue sollicitée à tout instant, il est aujourd’hui nécessaire d’aiguiser notre écoute, de la susciter.

Tout au long de l’année scolaire, les élèves abordent la création sonore en co-construction avec les enseignants, l’équipe du GMVL et l’un ou plusieurs de ses artistes-compositeurs qui leur apportent les outils d’expression et de lecture artistiques nécessaires.

Nous associons ces éléments à une pédagogie de l’écoute, au cœur de nos préoccupations.

Nous participons également à la construction et au développement de l’autonomie créatrice des plus jeunes, en les formant et en les sensibilisant à l’écoute.

 

Écoute de l’autre, écoute de son environnement…
Écoute aiguisée, écoute attentive…
Écoute de soi…

 

Pour sa mise en œuvre, ce projet s’appuie sur un apprentissage des techniques de prise de son et des nouveaux outils numériques, au centre de l’activité du GMVL.

Accompagné par nos artistes-formateurs, ce projet s’enrichit d’approches, de savoir-faire et d’esthétiques plurielles. De fait, si une thématique annuelle porteuse de sens et des valeurs que nous défendons aujourd’hui constitue le fil rouge de chaque saison, celle-ci sera toujours traitée de manière libre: chacun pourra s’en saisir, la développer selon un prisme singulier et la faire résonner de façon individuelle.

 

ÉTABLISSEMENTS 2017/2018

Lycée professionnel Fernand Forest (Saint Priest)

Collège Paul Vallon (Givors)

Collège Henri Barbusse (Vaulx-en-Velin)

Collège le Bassenon (Condrieu)

 

MISE EN OEUVRE

Si un nouveau thème commun oriente chaque année un fil conducteur entre les différentes classes participant à « Mon paysage sonore », chaque groupe s’empare de cette thématique et construit sa propre création, propre à l’identité des élèves et avec le compositeur le plus à même d’y répondre, tout en s’inscrivant dans le projet de l’établissement.

Au delà des classes seules, des collaborations peuvent, bien entendu, être imaginées : des CM2 et des 6e d’un même quartier ou encore une école élémentaire et un centre social sont autant de ponts envisageables et à mettre en œuvre.

Le contenu des interventions est donc variable tout en gravitant toujours autour des sujets suivants : théorie sur le son et les musiques électroacoustiques ; techniques du son ; réalisation d’un projet artistique ; paysage sonore.

 

Chaque classe est associée à un compositeur qui intervient dans l’établissement à partir d’une base de 10h, étalées ou non, que l’on peut rassembler sur un temps court de manière à ce que les élèves bénéficient d’une dynamique de projet adaptée.

Toutes les formes d’interventions sont néanmoins possibles et à construire de concert avec l’enseignant et les différents acteurs du projet, en fonction des moyens dont ils disposent et du fonctionnement auquel ils répondent.

 

Plusieurs exemples d’événements peuvent ponctuer et enrichir le parcours artistique des élèves :

Visite des studios du GMVL : initiation aux techniques professionnelles du son par la réalisation d’enregistrements destinés à servir le projet de chaque classe, découverte d’une institution culturelle, des métiers artistiques et techniques qui lui sont associés.

Visite de l’exposition L’Écoute à perte de vue : aborder les caractéristiques du son et le fonctionnement de l’oreille à travers des expérimentations simples et une visite accompagnée d’une médiation.

Concert, suivi d’une rencontre avec un compositeur : découverte d’une œuvre présentée dans une véritable salle de spectacle. Échanges autour d’une création artistique.

Des temps de formation à destination des enseignants font également partie du projet.

Dédiés aux techniques du son, à la pédagogie de l’écoute et à la mise en œuvre globale du projet, ils offrent aux professeurs impliqués les outils techniques et pédagogiques propres au son, nécessaires au bon déroulement et au suivi de ce projet. Ces formations sont également le moyen d’assurer l’autonomie des classes entre les interventions du partenaire culturel.

 

RESTITUTIONS

Restitution finale des élèves

Dernier événement venant marquer l’aboutissement du travail des élèves, la restitution publique des diverses créations du projet « Mon paysage sonore » ; elle a lieu à l’occasion d’un festival venant clôturer la saison culturelle du GMVL, associant les différents partenaires et artistes de notre structure.

Nous mettons un point d’honneur à inclure les productions des élèves au sein d’une programmation professionnelle : les expositions, installations et autres productions issues de ce projet d’éducation artistique viendront donc côtoyer celles des artistes présentés ; les créations musicales et sonores des élèves pourront également constituer les premières parties de concerts au programme. De cette façon et dans ces conditions, nous espérons encourager la confiance en eux des élèves et stimuler leur créativité artistique : montrer le fruit de leur travail c’est en reconnaître publiquement la qualité.

Aucune forme ni support n’est imposé : nous laissons libre cours à la créativité et à l’expression des élèves encadrés par l’artiste intervenant. Travaux sonores, mais aussi expositions, créations plastiques d’affiches et de visuels, concerts et bien d’autres encore : tout est envisageable.

Ainsi, nous désirons permettre à toutes et tous de se saisir de ce projet avec les regards et les moyens qui leur sont propres et valoriser les compétences de chacun.

Voilà notre objectif final : convier les acteurs de « Mon paysage sonore » à un festival au sein duquel nous retrouver, échanger autour des différentes expressions qui se seront dégagées au cours de l’année à partir d’un même thème, s’enrichir des expériences des uns et des autres, tout cela dans un environnement festif propre à célébrer la fin d’une année scolaire et culturelle.

 

Restitutions physiques

Au-delà des représentations publiques de leur travail, nous avons à cœur d’offrir aux participants un aboutissement « physique » de leurs productions qu’ils puissent retrouver une fois le projet terminé.

C’est pourquoi depuis la dernière édition, nous tenons à ce que non seulement les créations finales mais également les photos, écrits et prises de sons réalisés tout au long du projet, soient consultables en ligne, sur un site spécifique.

Pour rester fidèle aux univers développés en classe, « Mon paysage sonore » devient donc également une plateforme en ligne dédiée au projet, composée de cartes sonores et de contenus multimédia, s’appuyant sur les nouvelles formes narratives numériques. Web documentaire évolutif, ce site s’enrichira d’année en année des productions issues de nos collaborations.